Année 2001

Suite au montage du projet de forage de puits sur le plateau de DJANDRO sur l’île de MOHELI, un premier déplacement a été effectué par monsieur LEMPERIERE, Hydrogéoloque de la société Géocéan Sol Marine pour définir les emplacements des points d’eau à créer. 

La foreuse SR100 louée par l’ADIC à la famille Antoy ABDOU d’Anjouan a été transportée jusqu’au port de MOHELI. Du matériel permettant les forages a aussi été mis à disposition. 

.ADIC foreuse

Au mois de novembre et décembre 2001, notre présidente et son mari se sont déplacés aux Comores pour diriger la réalisation de ce projet d’envergure. 

Les représentants des sociétés Géocéan Sol Marine et Soletanche Bachy étaient aussi présents à MOHELI pour le déroulement de ce projet.

La direction technique a été assurée sur site par Jean-François ETTER.

Nous avons reçu le concours du gouvernement Comorien pour nous faciliter les tâches administratives et aplanir les quelques tracasseries pouvant intervenir lors de la réalisation d’un tel programme. 

Le premier captage a été creusé à WANANI à 17,50 mètres de profondeur. Le pompage de l’eau est assuré par la pompe à main prêtée par le service des Travaux Publics. Elle permet un débit d’eau d’environ 1,4 m3/heure et est actuellement utilisée jour et nuit. La profondeur prévue de 30 mètres ne sera atteinte qu’après l’envoi de nouveau matériel permettant de traverser le banc de Basalte.

L’épaisseur de la nappe, relevée par deux fois sur le site, était de 4 mètres de hauteur. Le matériel que nous possédions nous a cependant permis de pénétrer dans un banc de roche d’environ 1,50 mètre de profondeur, ceci favorisant l’arrivée de l’eau par les fissures dans la roche.

Ce premier forage a permis comme prévu la formation des 9 jeunes Comoriens à l’utilisation de cette machine.

Un second captage réalisé à M’LABANDA à proximité du village de WANANI a permis de détecter une nappe d’eau allant de moins 10 mètres à moins 35 mètres de profondeur soit 25 mètres d’eau. Elle est, elle aussi, équipée d’une pompe manuelle provisoire prêtée également par le service des Travaux Publics.

La mise en exploitation de ce captage est en cours et permettra de faire un projet plus important avec adduction d’eau gravitaire pour toute la région par la mise en place d’une pompe de forage, d’un réservoir de stockage de qualité alimentaire et de canalisations de distribution.
.

En conclusion de cette première campagne de forage, nous pouvons en ressortir

  • La formation de 9 techniciens comoriens aux techniques du forage.
  • L’exploitation de deux captages productifs.
  • La mise en place d’un comité de gestion de l’outil de pompage
  • Le paiement d’une eau de qualité
  • Le développement d’un fond conjoncturel mais aussi d’investissement.

.6-article 2001 forage 2

Les impacts sont multiples :

  • Amélioration des conditions sanitaires des populations locales par la consommation d’une eau potable.
  • Suppression presque totale du transport d’eau par bidons de 25 litres en taxis brousse ou véhicules particuliers sur des distances de plus de 10km.
  • Allègement du coût de cet élément essentiel à la vie qui pèse sur le revenu des populations et notamment des plus défavorisées.
  • Développement d’une dynamique communautaire autour de la constitution d’un fond issu du paiement de l’eau.
  • L’intérêt d’autres bailleurs de fond à financer de nouveaux captages et leur équipement, sur le plateau de Djandro, voire développer ces techniques dans les autres îles de l’archipel.

.

Perspectives

  • Sur les bases de cette première expérience, nous préparons une seconde campagne de captage pour l’année 2002.
  • Les problèmes rencontrés lors de notre première campagne, pénurie d’eau à Mohéli, peu de courant quelques heures par jour ce qui rend les contacts difficiles, une voiture en mauvais état, et des situations instables, nous conduisent à prévoir un renforcement de notre intendance en matériel de chantier, voiture, groupe électrogène, réserve d’eau par l’envoi de ce type de matériel dès le début de l’année prochaine. 
  • Nous avons pu constater que pour des petits captages, tels que prévus, l’utilisation de la pompe à main semble le moyen le mieux adapté. Ce point de pompage est de surcroît un lieu privilégié de rencontres et d’échanges des communautés villageoises.

.

Remerciements

  • Nous remercions tout particulièrement l’Agence de la Francophonie à PARIS en la personne de MM. OBAM et GUEDEGBE qui nous ont permis de réaliser ce premier captage
  • Monsieur le Représentant de la Francophonie aux Comores, le Général Charles RAMANANJARA.
  • Le Consul de Madagascar aux Comores.
  • Le Gouvernement Comorien et en particulier messieurs le Ministre des Affaires Etrangères, le Ministre de l’Equipement et des Travaux Publics et le Directeur Général des infra-structures, 
  • Le Gouverneur de Mohéli et son administration,
  • Le Directeur des Travaux Publics à MOHELI
  • Le Commandant de l’Aéroport de MOHELI.
  • La Société Geocean-Sol marine
  • La société Soletanche Bachy 
  • L’Association Développement et Solidarité
  • Ainsi que toutes les personnes nombreuses que nous ne pouvons citer, qui nous ont aidés tout au long de notre tâche difficile et nous ont permis de faire jaillir l’eau, ce bien précieux indispensable à la vie.

.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer